Tout ce qu’il faut savoir sur Le Baiser de Klimt

Une étreinte passionnée, un couple entièrement paré d’or et dont les silhouettes se confondent pour ne former qu’un : bien sûr, il s’agit du baiser de Gustav Klimt. Peinte à l’huile, la toile est achevée en 1909 et demeure aujourd’hui comme l’une des œuvres les plus emblématiques de l’art nouveau. Mais connaissez-vous vraiment le célèbre Baiser de Gustav Klimt ?

Le Baiser, exposé au musée Österreichische Galerie Belvedere, Par Gustav Klimt — Google Art Project, Domaine public
Le Baiser, exposé au musée Österreichische Galerie Belvedere, Par Gustav Klimt — Google Art Project, Domaine public

Gustav Klimt : une véritable viennoiserie

Le destin de Gustav Klimt est indissociable de la ville de Vienne. Entre sa naissance, en 1862, et sa mort en 1918, Klimt voit la capitale de l’empire austro-hongrois se transformer radicalement. Avant toute chose, cette transformation est architecturale : comme à Paris, on y trace d’immenses boulevards, et on y édifie de nombreuses institutions et maisons de maîtres cossues.

Gustav Klimt, par Anton Josef Trčka en 1914 - Domaine public
Gustav Klimt, par Anton Josef Trčka en 1914 – Domaine public

Gustav Klimt est un jeune esthète, issu d’une famille pauvre. Ne pouvant se permettre de fréquenter les beaux-arts, Klimt apprend la technique picturale par la voie la plus simple, celle de l’artisanat. Ce boom architectural que connaît Vienne profite à Gustav et son frère Ernst qui, à force de peindre fresques murales et plafonds, se font un petit nom auprès de l’aristocratie locale.

Dans l’ébullition de la fin du XIXe siècle, un groupe d’artistes expérimentaux viennois se réunit alors pour former la Sécession Viennoise. Comme le nom le suggère, ce courant milite pour offrir à l’art un nouvel élan, notamment par la réunion des arts vus comme nobles – la peinture, la musique… afin de créer un art total, dans lequel les disciplines peuvent se mélanger, voire se compléter. Gustav Klimt est le tout premier président de ce groupe que l’on peut considérer comme pionnier de l’art moderne, au cœur d’une ville qui sera centrale pour l’entrée de l’Europe dans le XXe siècle.

Un amoureux de l’amour

La vie personnelle de Klimt est, tout comme son art, assez peu conventionnelle. Il vit avec sa mère jusqu’à sa mort, terrifié de la perdre – et terrifié à l’idée d’avoir, comme elle, des troubles psychiatriques. Bien qu’il cumule les amantes et les aventures d’un soir, jamais il n’entretient de relation romantique ni se marie. A sa mort, on lui dénombre pas moins de 14 enfants, issus de 14 relations différentes.

Danaë, Par Gustav Klimt — The Yorck Project (2002) - Domaine public
Danaë, Par Gustav Klimt — The Yorck Project (2002) – Domaine public

De par son mode de vie mais aussi sa personnalité en décalage, Klimt sera toute sa vie fasciné par les femmes. Il va y dédier la majeure partie de son travail. Aussi, met-il souvent en scène des allégories. Il emprunte notamment les thèmes de la mythologie gréco-romaine au symbolisme classique. Ensuite, il les retravaille avec ses propres codes, et parfois avec une pointe d’érotisme. Sa toile la plus connue, Der Kuss (le Baiser), en est le parfait exemple.

Toile de 180 par 180 cm, la taille du Baiser permet d’en admirer les reliefs en détails, tout en imposant au spectateur sa grandeur. Elle est à classer dans la période “dorée” de l’artiste. En effet, à l’exception des chairs pâles des personnages, toute la toile s’est vue recouverte en amont d’une feuille d’or. Sur cette feuille d’or, Klimt s’amuse à expérimenter divers collages et de multiples techniques de peintures.

Klimt est fasciné par l’or, ce qui n’a rien d’étonnant pour un fils de joaillier. Il lie son aspect social et ornemental à la pureté et la durabilité du métal, afin de faire de ses toiles un objet désirable dont la couleur irradie l’espace.

Ne s’agit-il vraiment que d’un baiser ?

Si la toile peinte en 1908-1909 peut paraître relativement simple au premier abord, celle-ci recèle quelques secrets. Le couple qui s’embrasse est l’unique sujet du tableau. Grand amateur d’estampes japonaises, Klimt en emprunte le cadrage abrupt et l’arrière-plan vidé de sa substance. On remarque par exemplela tête de l’homme qui est toute proche du bord de la toile.

Les deux êtres semblent flotter dans l’espace, mais leurs pieds sont sur un sol fleuri. Finalement ce sol fleuri se coupe brutalement, comme au bord d’un précipice. Leurs draperies, qui les entourent d’un halo doré, présentent des motifs différents. On y retrouve des rectangles et droites, du côté masculin, et des spirales fleuries du côté féminin.
Leur pose pourrait évoquer celle d’une icône religieuse, mais certains détails s’en éloignent.

On peut citer la couronne de fleurs et le baiser lascif qui évoquent plus un rite païen d’avant la chrétienté. L’une des théories privilégiées pour l’inspiration de cette toile vient du mythe d’Apollon et Daphné, issu des métamorphoses d’Ovide. Théorie étayée par le fait que Daphné, qui dans le mythe se transforme en laurier avant de recevoir un baiser d’Apollon, voit sur ce tableau ses pieds s’enfoncer dans la végétation

Dans le mythe d’Ovide, Daphné ne peut aimer Apollon, et se transforme en laurier. - détail du tableau Le Baiser de Klimt
Dans le mythe d’Ovide, Daphné ne peut aimer Apollon, et se transforme en laurier. – détail du tableau Le Baiser.

Qui est le modèle de ce baiser ?

Un débat subsiste quant à l’identité des personnages ayant servi de modèle. L’homme semble être Klimt lui-même. Quant à la femme, il pourrait s’agir d’Emilie Flöge, une créatrice de mode, que Gustav a peint à de nombreuses reprises. Cependant ils auraient eu une relation davantage amicale que charnelle

Alors, peut-être que le Baiser de Klimt, vu comme un symbole universel de romantisme ne serait que l’expression d’une relation à sens unique ?  Une chose est sûre : Klimt, par sa vision novatrice de l’art, a repoussé les limites de l’expression picturale. Il meurt en 1918, alors que la 1ere Guerre Mondiale touche à son terme.

Prev Post

Tout ce qu’il faut savoir sur La Nuit Étoilée de Vincent Van Gogh

Next Post

Les nations sans terre : ces peuples sans pays

Laisser un commentaire
Read next